Soumettre un article Soumettre un article


Violences interethniques en Ituri: quoi retenir ?

Avatar Pona Bana
Inscrit le 15 janvier 2014
  • 68 Articles

Gianfranco Rotigliano, le nouveau Représentant a.i. de l'UNICEF en RDC s’est rendu il y a quelques jours à Bunia, capitale de la Province de l’Ituri, pour se rendre compte de la situation malheureuse à laquelle une génération entière fait face dans la Province. Lors de cette visite, un point de presse avec des médias locaux, nationaux et internationaux a été organisé et nous, Nous, Jeunes Reporters, étions présents. Dans cet article, je vais revenir sur certaines questions relatives à l’évolution de la situation des enfants en Ituri

La situation des enfants en Ituri ces derniers mois est alarmante suite aux tensions interethniques qui secouent la Province. Plus de 200.000 personnes ont été déplacées suite à la crise de Djugu, dont 120.000 enfants. Gianfranco Rotigliano a déclaré qu’il faut s’organiser pour accueillir toutes ces personnes.

Concernant la prise en charge scolaire des enfants déplacés, le Représentant a.i. de l'UNICEF a précisé prévoir la distribution de kits scolaires et de fournitures aux enfants pour faciliter leur retour sur les bancs de l’école. Gianfranco Rotigliano a été étonné d’apprendre que les écoles ici demandent la « collation ». Il faudra parler aux autorités de cette situation qui est inacceptable, vu que les déplacés ont tout laissé là où ils étaient. La scolarisation des enfants est simple s’ils sont chez eux, par un appui aux familles et aux enfants. Pour les enfants déplacés, s’ils ne rentrent pas chez eux, il faudra envisager des solutions différentes parce que les écoles de Bunia n’ont pas une facilité d’accueillir tous les enfants déplacés.

L’utilisation d’enfants dans les groupes armés dans le territoire de Djugu est probable. Ces groupes se forment spontanément et recrutent souvent des jeunes qui n’ont pas encore 18 ans. Ces enfants assistent à des massacres et des tueries. Ce sont des enfants traumatisés donc c’est une priorité. Si on laisse les enfants traumatisés, qu’on ne fait rien pour les remettre dans la normalité, c’est extrêmement mauvais pour les générations futures. 70 enfants non accompagnés et 250 enfants séparés de leurs familles ont enregistrés à Bunia et ses environs. L’UNICEF cherche à les intégrer dans des structures où ils seront pris en charge.

De nombreuses questions ont été adressées par les médias au Représentant a.i. de l'UNICEF en RDC lors de sa visite de travail en l’Ituri mais ce que je retiens c’est que la protection des enfants nous concerne tous.

--

Ecrit par Moise Ngabo, Jeune Reporter de l’Ituri






comments powered by Disqus